Autres réseaux

Méthode de détermination de la Trame Verte et Bleue de Limoges Métropole

Porteur du projet : 
Communauté d’agglomération Limoges Métropole
2009 - 2012

La communauté d’agglomération Limoges Métropole réunit 18 communes. Différents espaces naturels (agricoles, bocagers, boisés, humides) sont présents sur son territoire, dont certains revêtent une importance patrimoniale. Ces espaces accueillent une biodiversité riche et variée mais ils subissent la pression de l’urbanisation et certains aménagements peuvent entraîner une dégradation de ces milieux ou les isoler en interrompant les connexions biologiques.

Afin d’inverser cette tendance, Limoges Métropole a lancé une étude en 2009 visant à définir puis hiérarchiser les éléments majeurs du patrimoine naturel de Limoges Métropole afin de pouvoir les intégrer dans un document-cadre servant d'outil à l'aménagement du territoire communautaire et de concilier ainsi développement économique et préservation de la nature.

Cette fiche expérience est issue de l'ouvrage « Ingénierie écologique appliquée aux milieux aquatiques : pourquoi ? comment ? ».

[current-user:picture:field-file-image-alt-text]
Guide d'élaboration des Docob - version anglaise
Date d'édition :
Janvier 2011
Nombre de pages :
120
Auteur collectif : Souheil H., Germain L., Boivin D., Douillet R. et al.
Editeur :
Atelier Technique des Espaces Naturels
Type de document :
Guide
[current-user:picture:field-file-image-alt-text]
Date d'édition :
Janvier 2011
Nombre de pages :
48
Auteur collectif : Blouet S., Lenfant P. et al.
Editeur :
ADENA - CNRS/EPHE/UPVD/CEFREM - Conseil Général Pyrénées-orientales
Type de document :
Guide

Mise en place d'arrêtés préfectoraux de protection de biotope sur les cours d'eau du département de l'Orne

Porteur du projet : 
Onema - DDT - DREAL
1986

De nombreux cours d’eau du département de l’Orne possèdent encore des habitats aquatiques très préservés. Ces cours d’eau, situés le plus souvent dans les têtes de bassin à tendance herbagère ou forestière, possèdent une qualité d’eau favorable au développement de l’écrevisse à pieds blancs et de la truite fario. D’autres rivières, de dimension plus importante, possèdent des caractéristiques d’habitat favorables aux grands migrateurs ou au bro­chet.

La mise en place de 21 arrêtés préfectoraux de protection de biotope sur les cours d’eau et zones humides du département a permis de protéger ces aires de reproduction et de croissance encore préservées, face à la menace des nombreuses nouvelles pressions hydromorphologiques. Ces arrêtés, mis en place progressivement sur les 20 dernières années dans un objectif initial de lutte contre la multiplication des petits plans d’eau, permettent aussi désormais de mieux préserver les berges, ripisylves...

(fiche Onema-Ministère en charge de l'écologie-Agences de l'eau)

Mise en place d'inventaires communaux du bocage sur les communes du PNR d'Armorique

Porteur du projet : 
PNR d'Armorique, commune d'Hanvec
2011

Dans un secteur bocager soumis à la pression urbaine et à la déprise agricole, le PNR d'Armorique a pris l'initiative de sensibiliser agriculteurs, habitants et élus à la protection du bocage.

L'implication dès l'amont du projet de l'ensemble des parties prenantes a permis d'élaborer un outil d'aide à la décision pour la prise en compte de la Trame bocagère dans les documents d'urbanisme.

Cette fiche a été réalisée par le Centre de ressources Trame verte et bleue.

Mise en œuvre d'une Charte forestière sur le territoire de l’Arc boisé

Porteur du projet : 
Massif de l'Arc boisé
2002 - 2011

Le massif de l'Arc boisé est situé en zone péri-urbaine et subit donc des pressions dues à l'urbanisation et à la fréquentation du public. Ses mares forestières lui confèrent un intérêt dans la trame humide du schéma régional des continuités écologiques.

Cette expérience témoigne de la contribution la charte forestière du territoire à la mise en oeuvre de la Trame verte et bleue en milieu boisé, notamment au travers l'objectif « maintenir et restaurer les continuités naturelles et
fonctionnelles ».

Mon deuxième évenement

Date : 
23/01/2018
[current-user:picture:field-file-image-alt-text]
Date d'édition :
Juin 2008
Nombre de pages :
21 pages
Editeur :
Union Régionale des Communes Forestières de Rhones-Alpes
[current-user:picture:field-file-image-alt-text]
Date d'édition :
Janvier 2015
Nombre de pages :
60 pages
Auteur collectif : Commission européenne
Editeur :
Office des publications de l'Union européenne
[current-user:picture:field-file-image-alt-text]
Les espèces
Date d'édition :
Janvier 2013
Nombre de pages :
400
Auteur collectif : Muller S., Schwaab F. et al.
Type de document :
Ouvrage
[current-user:picture:field-file-image-alt-text]
Date d'édition :
Janvier 2015
Nombre de pages :
123 pages
Auteur collectif : Commission européenne
Editeur :
Office des publications de l'Union européenne
Type de document :
Guide
[current-user:picture:field-file-image-alt-text]
Date d'édition :
Janvier 2014
Nombre de pages :
81 pages
Auteur collectif : Cáceres, P.
Editeur :
SEO/BirdLife
Type de document :
Guide

Planter : Haies champêtres d'intérêt paysager dans une commune

Porteur du projet : 
Commune de Migé
2007

Migé est une commune d’environ 400 habitants située à une vingtaine de kilomètres au sud d’Auxerre. Son paysage typique des plateaux calcaires de l’Auxerrois est largement dominé par des parcelles de grandes cultures (céréales) et des bois ou bosquets disséminés ça et là. Le village est installé dans une vaste dépression à la croisée de nombreuses combes entaillant le plateau céréalier. Quelques vergers de cerisiers, bosquets, friches, landes, vignes (vin AOC Coulanges-la-Vineuse) et haies résiduelles témoignant de la diversité des activités agricoles passées (polyculture élevage et arboriculture) sont encore présents notamment sur les pentes du territoire communal.

En 2006, la commune a souhaité planter quatre haies champêtres en vue d'améliorer la qualité paysagère et écologique de ses entrées de village.

Cette fiche revient ainsi sur les détails techniques de l'opération.

[current-user:picture:field-file-image-alt-text]
Date d'édition :
Janvier 2017
Nombre de pages :
63
Auteur collectif : Cour des comptes européenne
Editeur :
Cour des comptes européenne
Type de document :
Rapport d'étude

Réalisation d’un franchissement routier à chiroptères sur l’entité écologique Camargue-Crau-Alpilles

Porteur du projet : 
Groupe Chiroptères de Provence
2012 - 2013

Suite aux travaux préalables à la réalisation de dispositifs de franchissements routiers du programme LIFE+ Chiro Med, plusieurs zones de franchissements de routes par les Chiroptères ont été identifiées. Des solutions concrètes et innovantes ont été mises en place pour résorber ces points noirs routiers, en élaborant des dispositifs d’aide au franchissement pour ces animaux. Ainsi, un dispositif expérimental innovant, constitué d’une passerelle modulable, a été aménagé pour faciliter le franchissement de la RN 113 par les Chiroptères. Cette 2x2 voies limitée à 110 km/h et empruntée par plus de 80 000 véhicules par jour, constitue une discontinuité écologique majeure entre le massif des Alpilles et le secteur Camargue-Crau.
Le dispositif a consisté en la réalisation d’un couloir provisoire expérimental à l’abri de la lumière des phares, du bruit et du vent, en bordure d’un pont existant. Ce couloir de 2 mètres de hauteur et 1,5 mètre de largeur a été constitué de grillages et filets occultants placés sur le garde-corps et en bordure de chaussée. Il a été mis en place durant 6 mois sur l’ouvrage qui porte la bretelle de l’échangeur ouest de Saint-Martin-de-Crau (13) sur la RN113 (sortie n° 10). Il a fait l’objet pendant cette période d’une évaluation écologique pour comprendre comment les chiroptères pouvaient s’approprier le dispositif.

Cette fiche est issue de l'appel à projets "Rétablissement des continuités écologiques des infrastructures de transport existantes" (2011-2012).
Voir les autres projets sélectionnés

 

[current-user:picture:field-file-image-alt-text]
Référentiel pour la gestion des sites Natura 2000 en mer
Auteurs : Ragot P.
Date d'édition :
Janvier 2010
Nombre de pages :
235
Editeur :
Agence des aires marines protégées
Type de document :
Guide
[current-user:picture:field-file-image-alt-text]
Référentiels pour la gestion des sites Natura 2000 en mer - Tome 1
Auteurs : Le Fur F.
Date d'édition :
Janvier 2010
Nombre de pages :
147
Editeur :
Agence des aires marines protégées
Type de document :
Guide
[current-user:picture:field-file-image-alt-text]
Référentiel pour la gestion des sites Natura 2000 en mer
Auteurs : Maison E.
Date d'édition :
Novembre 2009
Nombre de pages :
224
Editeur :
Agence des aires marines protégées
Type de document :
Guide

Reméandrage de la Drésine et du ruisseau de Remoray

Porteur du projet : 
Association des amis du site naturel du lac de Remoray - Réserve naturelle Lac de Remoray
1999 - 2000

Dans la réserve naturelle nationale du lac de Remoray (Doubs), les ruisseaux des Vurpillières et de Remoray traversent un bas marais avant de se jeter dans la Drésine qui alimente le lac de Remoray. Dans le but d’assécher le marais, plusieurs cours d’eau, dont les ruisseaux de Vurpillières et de Remoray, ont été recalibrés et transformés en fossé rectiligne. Résultat : la nappe d’accompagnement s’est abaissée et le marais s’est asséché. L’altération globale de la zone humide a réduit les capacités d’accueil pour les oiseaux, les amphibiens et les poissons.

Les reméandrages du ruisseau des Vurpillières, de la Drésine et de Remoray ont été réalisés par l’association des amis du site naturel du lac de Remoray, dans le cadre du premier plan de gestion de la réserve naturelle nationale du Lac de Remoray. Le comblement du lit rectiligne et la mise en écoulement des anciens méandres sont accompagnés d’importants travaux de déboisement. Ces actions ont permis de multiplier par deux à trois le linéaire du cours d’eau, de restaurer le régime hydrique du marais grâce au rehaussement de la nappe d’accompagnement. La truite de lac, divers oiseaux et les grenouilles rousses sont revenus. De nouvelles espèces d’odonates sont apparues. Le site fait depuis l’objet d’un pâturage extensif alternant avec une fauche tardive différenciée une année sur trois.

(fiche Onema-Ministère en charge de l'écologie-Agences de l'eau)

Reméandrage du Hardtbach à Wissembourg

Porteur du projet : 
Ville de Wissembourg - Office National des Forêts
2010 - 2011

(fiche Onema-Ministère en charge de l'écologie-Agences de l'eau)

Pages